Avatar
Messin au cœur diambari 🔴⚫️ Je suis né le même jour que Jānis Ikaunieks

Ça fait longtemps que je voulais le partager : thread sur comment Metz est devenu, le temps…

Catégories Story
Ça fait longtemps que je voulais le partager : thread sur comment Metz est devenu, le temps d’une semaine de septembre 1977, l’épicentre de la science-fiction mondiale de l’époque, avec des répercussions immenses sur celle d’aujourd’hui.
En 1976, une bande de potes étudiants en lettre au Saulcy se lance dans le pari fou d’organiser un festival mondial de sci-fi dans notre chère ville de Metz. Le but : faire venir des pointures du genre sur les bords de la Moselle.
A l’origine un homme : Philippe Hupp, qui organisa la 3e convention nationale française de science-fiction dans la capitale lorraine et s’en servit comme tremplin pour lancer la première édition du festival de SF de Metz. t.co/E6PWQe1dzH
La sci-fi était déclinée sous toutes ses formes : littérature, cinéma, graphismes etc. Les films étaient projetés au cinéma l’Eden, aujourd’hui devenu une crèche en face du lycée Louis Vincent.
Largement saluée par la presse, la première édition n’est qu’anecdotique comparée à la seconde, qui se déroula du 19 au 25 septembre 1977. Car voilà, cette semaine marqua un véritable tournant dans la sci-fi mondiale. t.co/5jJpVgt1eV
Premièrement, les types ont réussi à faire venir le producteur américain Gary Kurtz, qui diffusa pour la deuxième fois seulement en Europe l’avant-première de son nouveau film : La Guerre des Etoiles – Episode IV : Un nouvel espoir.
Rendez-vous compte que jusqu’à présent, seule une poignée de personnes avaient pu le voir en Europe, c’était une semaine plus tôt à l’occasion du Festival de Deauville du film Américain. Autant vous dire que Metz pesait lourd.
L’évènement fut pourtant quasiment totalement éclipsé par la venue de Philippe K. Dick, qui est juste le mec qui a écrit The Man In The High Castle, Blade Runner, Total Recall ou encore Minority Report.
A l’époque peu reconnu aux Etats-Unis, Dick jouit malgré tout d’un franc succès auprès des adeptes la culture sci-fi en France. Il sait qu’en venant à Metz, les gens le comprendront enfin.
Parrain de l’édition, K.Dick déclara avoir passé dans la cité messine « la plus belle semaine de sa vie » avant de livrer un discours aussi hallucinant qu’anxiogène dans le salon de l’Hôtel de Ville.
Ce discours que l’histoire a retenu comme « La Conférence De Metz » est retranscrit mot pour mot dans le recueil Total Recall. Face à une foule d’amateurs, de novices, de journalistes, de politiques et de caméras, Dick part en live complet.
Son titre : « Si vous pensez que ce monde est mauvais, vous devriez en voir quelques autres ! »
Voici un extrait de ce discours (je n’ai pas trouvé l’intégralité) : t.co/PQZZslpnw4
Dick révèle très sérieusement que le monde est un software programmé par une entité malveillante de couleur rose avec laquelle il communique depuis 1974. Comment le sait-il ? Une petite fille aux longs cheveux noirs lui est apparu et lui a dit.
Non tu ne rêves pas, Dick a énoncé le synopsis de Matrix le 24 septembre 1977 à l’Hôtel de ville de Metz devant une salle médusée qui ne comprend pas encore l’impact qu’aura ce discours dans la sci-fi des 40 années à venir.
Les frères Wachowski, réalisateurs de la saga Matrix, ont maintes fois répétés s’être inspiré de la conférence de Metz de Dick pour réaliser leur œuvre. Sans compter la multitude de films et romans hérités de la théorie énoncée par l’Américain ce jour-là.
Pour tous les spécialistes du genre, il y a eu un avant et un après Metz pour la science-fiction. Dick gagna largement en renommée aux states, tout comme le festival. On parla de Metz jusqu’à Los Angeles.
Victime de son succès, le festival de Metz représenta rapidement des coûts trop importants, notamment en accueil des stars. Il prit ainsi fin en 1987, après 11 éditions. Une parenthèse hors du temps, qui fit la renommée de notre ville dans le monde entier. Merci monsieur Hupp.

1 commentaire sur “Ça fait longtemps que je voulais le partager : thread sur comment Metz est devenu, le temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *