Avatar
Bullshitophobe pro-Europe. Je ris de la tragique absurdité du monde.

Nous allons subir demain dans les médias la plus gigantesque attaque obscurantiste et anti-science que nous ayons…

Catégories Actualité, Économie, Planète, Politique, Sciences, Société, Story
Nous allons subir demain dans les médias la plus gigantesque attaque obscurantiste et anti-science que nous ayons vue depuis fort longtemps. Orchestrée par des marchands, et approuvée par des gens ignorants qui crachent dans la main qui les nourrit.
#Coquelicots
A l’origine de cette campagne médiatique, on retrouve François Veillerette. t.co/DeYOEJvKAU
Veillerette est directeur de Générations Futures, que certains veulent voir comme une ONG œuvrant pour le bien public. En réalité, GF est une officine de lobbying qui défend avant tout les intérêts de ses commanditaires, les industriels du bio. t.co/vqLMgPB4Mt
On comprend mieux où se trouve la manipulation. Car en demandant l’interdiction des pesticides de synthèse, et seulement de ceux-là, on ne touche pas aux pesticides utilisés en bio. C’est le jackpot pour Biocoop et autres enseignes du bio.
Mais les pesticides bio sont-ils plus sûrs que les pesticides de synthèse ? Aucunement. Absolument rien, dans le fait d’être d’origine naturelle, ne garantit qu’un pesticide bio ne soit pas toxique. Et c’est tout le problème.
Le pesticide bio le plus utilisé est la bouillie bordelaise, principalement composée de sulfate de cuivre. Ce pesticide bio est utilisé depuis longtemps, mais on en connaît aujourd’hui toute la nocivité.
Voici par exemple un comparatif de toxicité du sulfate de cuivre, avec une autre substance que Générations Futures a tout fait pour diaboliser et faire interdire : le glyphosate. t.co/zSViVdvX14
Il est clair que le sulfate de cuivre est très largement pire que le glyphosate. Pourtant Veillerette et Générations Futures ont, cette fois, fait campagne pour la prolongation de son utilisation… t.co/DGYApre2in
Lorsque l’on analyse les faits, peut-on vraiment penser que Veillerette et Générations Futures se préoccupent de notre santé et de l’environnement ? Ou bien des intérêts de Biocoop ?
Les choses ne s’arrêtent pas au sulfate de cuivre. Les alertes pesticides remontées à la direction de l’agriculture par la filière apicole concernent beaucoup un pesticide bio : le spinosad. Est-ce que Générations Futures demande son interdiction ? Non…
t.co/EtEGarQbai
Autre exemple, certains croient judicieux de remplacer le glyphosate par des produits censément bio comme par exemple le Beloukha. Ce qui est une absurdité sans nom.
Ce produit a comme principe actif l’acide pélargonique, qui est plus toxique que le glyphosate, et qui en plus est également toxique pour les abeilles et la faune. Mais le plus beau, c’est qu’il en faut 20 l à l’hectare, là où 2 l à l’hectare suffisent avec le glyphosate !
Remplacer un produit peu toxique par un autre, plus toxique, en quantité dix fois plus importante : what could go wrong ? Souci de l’environnement, vraiment ?
Les pyrèthre, insecticides extrait de plantes, sont bien sûr autorisés en bio. Mais les pyrothénoïdes, substances proches, qui sont moins toxiques, moins polluants et plus efficaces, eux ne le sont pas, car produits de manière synthétique…
Le cas de la roténone est assez édifiant. Ce produit naturel est un puissant neurotoxique, provoquant la maladie de Parkinson, très toxique aussi pour la faune. Tout ceci n’a pas empêché l’agriculture bio de s’en servir pendant très longtemps, jusqu’à son interdiction en 2008…
(Je constate une erreur plus haut, désolé : ce sont les pyréthrinoïdes, pas les « pyrothénoîdes » comme je l’ai écrit trop vite)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *