Avatar
Apprenti prof d'Histoire - Révoltes et politisation en Bretagne au XVIIIe siècle - Rennes 2 - Militant libertaire @AL_Rennes et @LAD_CNT - Galérien du CAPES

Quelqu’un m’avait posé la question sur curious cat « Pourquoi on ne peut pas qualifier la répression de…

Catégories Story
Quelqu’un m’avait posé la question sur curious cat « Pourquoi on ne peut pas qualifier la répression de la Vendée militaire comme un génocide ou un massacre systématique ? »
Apparemment ma réponse a fait planter CC du coup petit thread rapide pour y répondre ⤵️
Déjà il faut bien voir que la question du « génocide vendéen » est une question fondamentalement historiographique et politique, car la question qui se pose c’est celle de savoir comment est-ce que l’on écrit l’Histoire et à quelle fin.
Certains historiens ont ainsi cherché un lien entre la Révolution française et les régimes totalitaires du XXIe siècle. De plus, dés 1793, on a eu deux constructions d’image: une Vendée de la contre-révolution coté « Bleus » républicains, puis une Vendée martyre coté « Blancs »
Pour Jean-Clément Martin il faut questionner le mot génocide et déterminer la nature de la répression mise en œuvre par les révolutionnaires : « Sans l’intention idéologique appliquée à un groupe bien délimité, la notion de génocide n’a pas de sens
Or il n’est possible ni de trouver une identité « vendéenne » préexistante à la guerre, ni d’affirmer que c’est contre une entité particulière (religieuse, sociale… raciale) que la Révolution s’est acharnée ».
De plus il apparaît que dans son rapport du 1er Août 1793 Barère affirme qu’il faut détruire la Vendée, mais en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Et le décret du 1er octobre 1793 épargne les hommes sans armes également.
Selon Martin « les révolutionnaires n’ont pas cherché à identifier un peuple pour le détruire », et ont vu surtout la Vendée comme « le symbole de toutes les oppositions à la Révolution ».
Il conclut que « les atrocités commises par les troupes révolutionnaires en Vendée relèvent de ce qu’on appellerait aujourd’hui des crimes de guerre ». Certains historiens parlent même de crime contre l’humanité, mais pas de génocide (Patrice Gueniffey, etc.)
Si la Convention a donné des ordres fermes et violents concernant la répression en Vendée elle n’avalise pas pour autant tous les agissements des militaires et des représentants, notamment les plus extrêmes.
De plus faits assez ignorés, en Vendée même des révolutionnaires locaux ont réussi à arrêter les violences injustifiées, pareil du coté vendéens. Certains révolutionnaires ont même réussi à traîner devant la justice et faire exécuter certains responsables de massacres
(concernant ce point je vais essayer de me renseigner un peu plus car ca a l’air extrêmement intéressant)
La Convention et le Comité de Salut Public, au sein desquels existent de fortes dissensions sur la question, ont ordonné et approuvé la répression et n’ont pas réussi à contrôler la spirale des violences entre insurgés et patriotes, ils ne peuvent donc être excusés.
D’ailleurs petite parenthèse : à mon sens l’Histoire n’est pas là pour justifier ou excuser quoi que ce soit mais pour expliquer, mais ça c’est un débat qui mériterait un autre thread à lui tout seul
Selon Michel Vovelle cette idée de génocide s’est construire « à partir d’appréciations souvent audacieuses du nombre des morts de la guerre de Vendée », il y a eu le rôle du poids de l’autorité morale de certains historiens, le poids des médias, etc.
Il ne s’agit pas de justifier les massacres mais de les qualifier, et de voir qu’ils s’inscrivent dans la lignée des massacres d’Ancien Régime notamment.
Vovelle a d’ailleurs cette phrase que je trouve très juste et franchement merveilleuse : « Récusons donc le terme de « génocide » et rendons à chaque époque la responsabilité historique des horreurs qui l’endeuillent, sans pour autant les minimiser ».
Il apparaît donc assez clairement à mon sens, et au vu de l’analyse de spécialistes de la question que la caractérisation comme génocide des massacres de Vendée ne tient pas debout, il convient mieux de parler de crimes de guerres.
Voila pour cette réponse rapide, je ne suis pas spécialiste de la question j’ai juste essayé de rassembler les réflexions d’historiens qui à mon sens ont le mieux répondu à cette problématique. Donc certain-e-s penseront certainement différemment et des erreurs sont possibles.
De plus je n’ai pas pu exposer tous les arguments contre cette idée de génocide, en même temps il existe des ouvrages entiers sur la question et sur twitter on est un peu limités techniquement
Encore une fois je vous encourage à vous faire votre propre avis au travers des lectures, etc.
Et à toujours garder un esprit ouvert et surtout critique à tout ce que vous pouvez lire ou entendre, y compris vis à vis de ce que je peux raconter, BIEN EVIDEMMENT
Concernant la bibliographie je vous conseille les travaux remarquables de Jean-Clément Martin sur la Révolution, la Terreur, la Vendée, etc. Sa bibliographie sur le sujet est considérable.
Egalement l’ouvrage « La politique de la Terreur » de Patrice Gueniffey.
Il y a aussi l’ouvrage de Michel Vovelle, « 1789. L’héritage et la mémoire »
Et il y a encore plein d’autres ouvrages sur la question que je ne peux énumérer ici
Enfin, il peut être intéressant d’aller consulter les ouvrages des partisans de la thèse du génocide (dont clairement je ne fais pas partie) afin de se faire une idée plus précise du débat sur la question
Mais en gardant encore une fois BEAUCOUP de prudence et d’esprit critique
Voila voila, bisous révolutionnaires ❤️ t.co/vQdFRS9fy6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *