Avatar
Assoc. professor in slavic studies & geography @IFGeopolitique & @univparis8.
Researcher @geode_science
Author of books on #Russia, #Geopolitics & #Cyberspace

đŸ’»â˜­ [THREAD] Il y a 28 ans, en aoĂ»t 1991, un putsch avait lieu Ă  Moscou pour…

đŸ’»â˜­ [THREAD] Il y a 28 ans, en aoĂ»t 1991, un putsch avait lieu Ă  Moscou pour Ă©carter Gorbatchev du pouvoir. Avec l’aide du KGB, les putschistes organisent un “black out” de l’information. TĂ©lĂ©, radio, tĂ©lĂ©phone … Tout est coupĂ©. Sauf Internet. âŹ‡ïž t.co/h6CsEn9QEl
GrĂące Ă  ce mince canal restĂ© ouvert Ă  la barbe du KGB et baptisĂ© “Demos”, journalistes, chercheurs, simples citoyens ont pu partager des informations, diffuser des communiquĂ©s et dĂ©crire en temps rĂ©el l’Ă©volution de la situation Ă  Moscou.
J’en parle ici : t.co/4xA9vNdg8a t.co/KDeL8McKn3
Pendant les quelques jours qu’a durĂ© la tentative avortĂ©e de coup d’Etat, ce canal numĂ©rique quasi-clandestin a fonctionnĂ© Ă  fond, malgrĂ© des bandes passantes si faibles qu’on peine Ă  les imaginer aujourd’hui, les admins exigeant des utilisateurs une discipline irrĂ©prochable : t.co/9VzqIowUwx
Car cet “Internet” soviĂ©tique Ă©tait reliĂ© aux grands rĂ©seaux occidentaux (rĂ©seaux Unix) via … un seul et unique modem, lui mĂȘme branchĂ© sur une ligne tĂ©lĂ©phonique spĂ©ciale dite “vertouchka” automatique (sans passer par un opĂ©rateur) et normalement rĂ©servĂ©e aux cadres du rĂ©gime
Or, au moment du putsch, le KGB ne jugea pas nĂ©cessaire de couper les lignes tĂ©lĂ©phoniques automatiques rĂ©servĂ©es aux nomenklaturistes … Sans doute n’avait-on pas envisagĂ©, dans le dĂ©sordre d’alors, qu’une de ces lignes servirait Ă  passer des informations par voie Ă©lectronique
Pourtant, Ă  l’Ă©tĂ© 1991 ce proto-Internet soviĂ©tique compte dĂ©jĂ  plus de 800 utilisateurs, et constitue l’embryon primordial de ce qui deviendra plus tard le segment russophone d’Internet (ou Runet)
(pour la version HD de la carte c’est ici : t.co/3MYEcy9Mgj ) t.co/jZQuDf4SFh
Ce rĂ©seau est l’oeuvre d’un ingĂ©nieur de l’Institut Kourchatov, Alexei Soldatov. Celui-ci rĂ©ussit vers 88 Ă  obtenir l’autorisation administrative de disposer d’une ligne tĂ©lĂ©phonique automatique, condition sine qua non au fonctionnement de son systĂšme.
En effet, sauf courte exception au moment des JO de 1980 Ă  Moscou, le rĂ©seau tĂ©lĂ©phonique soviĂ©tique est gĂ©rĂ© par des opĂ©rateurs manuels en ce qui concerne les appels internationaux. Impossible donc d’Ă©tablir une liaison modem si l’on ne dispose pas d’une ligne fixe et stable.
L’astuce de Soldatov a Ă©tĂ© de faire jouer ses contacts en interne pour obtenir la prĂ©cieuse ligne automatique, dont il va ensuite monnayer l’utilisation en crĂ©ant le premier (et l’unique) fournisseur d’accĂšs d’Union SoviĂ©tique : Relcom
GrĂące aux rĂ©formes de la Perestroika, il est possible dĂšs 1987 de crĂ©er sa petite entreprise privĂ©e en URSS. Comme beaucoup de chercheurs soviĂ©tiques Ă  l’Ă©poque, Soldatov et ses collĂšgues cherchent un moyen de subsistance dans le profonde crise Ă©conomique qui touche le pays.
Relcom devient donc leur “gagne pain”. Le FAI devient mĂȘme Ă  l’Ă©poque l’administrateur du nom de domaine de l’URSS, le .su, qui existe toujours aujourd’hui. Toute une communautĂ© de geeks et d’ingĂ©nieurs, tous farouchement anticommunistes, va s’agrĂ©ger autour de Relcom.
S’il est difficile d’estimer l’influence objective que cette communautĂ© a eu sur l’issue du putsch, il est en revanche clair qu’ils furent les prĂ©curseurs d’un certain libertarianisme technologique actuellement pratiquĂ© par nombre de techos russes.
Car si on met de cĂŽtĂ© les hacker “patriotes”, n’oublions pas que les bidouilleurs russes n’apprĂ©cient gĂ©nĂ©ralement guĂšre le pouvoir actuel, au point d’avoir rĂ©cemment organisĂ© la plus grosse fuite de documents de l’histoire des renseignements russes : t.co/WiCijPfmQr
Si vous souhaitez approfondir sur l’histoire du Web soviĂ©tique et russe, je vous conseille les livres suivants :
– The Red Web : t.co/BJYe7YWcuY
– How not to Network a nation : t.co/lLWpG3jnFn
[1/2]
– URSS le dĂ©fi technologique : t.co/HIK0O6MQ9q
– Internet russe, l’exception qui vient de loin (de moi mĂȘme) : t.co/8yVBuXpULo
– GĂ©opolitique du cyberespace russophone (de moi-mĂȘme) : t.co/nagd7gDbBE
[2/2]

Aucun commentaire

Leave a Reply