Avatar
lex parsimoniae

la taille* bien sur, de l’échantillon l’occasion donc d’aller fouiller cet article de l’équipe toulousaine, et de…

la taille* bien sur, de l’échantillon

l’occasion donc d’aller fouiller cet article de l’équipe toulousaine, et de vous en faire un THREAD! t.co/fcDM73bUko

Bon ça démarre comme toujours avec un comportement de certains scientifiques que j’aime bien : l’auto-citation de la publi qu’on avait démonté là
#AutoKiff

(on car oui, nous étions plusieurs stateux à se pencher sur les données)

t.co/Y0YXvo9Hx6

Je vais pas développer, juste les auteurs mettent en cause la notion de bioéquivalence. pourquoi pas, mais Merck n’a rien à voir là dedans, c’est le job de l’Europe

(gif que les moins de 30 ne pourront peut être pas comprendre) t.co/fJkrjCznG4

(pause café) t.co/51EQgAgF9y
ah, 2° page on apprend que “the message conveyed
was that any future patients will be appropriately protected”

heu non, les études de bioéquivalence n’ont pas pour but de dire que CHACUN des patients sera protégé

juste que la majorité devrait se trouver dans l’intervalle t.co/zlJRaQoxKG

d’ailleurs, ce sont des études de bioéquivalence Moyenne “average bioequivalence ABE”, comme stipulé dans l’article même t.co/D3yPxP6S85
d’ailleurs les auteurs le disent eux mêmes:
“the 90% confidence intervals […] fall within the a priori bioequivalence limits of 80–125%”

#DuCoupMoiPasComprendre t.co/80JEOWYSQ8

ils attaquent le fait que Merck est rendu la bioéquivalence plus étroite (90-111% au lieu de 80-125%)
“reducing this a priori bioequivalence from 0.8–1.25 to 0.90–1.11 merely requires, for a given number of patients, a smaller residual reflecting variability”

cette phrase n’est pas tout à fait exacte
on ne demande pas des “résidus” (des écarts au delà des bornes) plus petits

on demande à ce que la majorité tombe dans cet écart plus petit

prenons un exemple: les notes d’une classe à un controle

on veut que 90% tombe entre 5 et 15/20
ça n’empêche pas 10% des élèves d’avoir 0
si 90% tombe entre 9 et 10/20
ça n’empêche tjs pas 10% des élèves d’avoir 0 t.co/kCTtSCtz4y

d’ailleurs les auteurs le disent

“ABE trial does not provide any guarantee on the individual status of each subject enrolled in the trial, regardless of the width of the a priori bioequivalence
acceptance interval”

#NoWay t.co/E4Z2yfGjMV

dernier paragraphe (oui déjà!) sur pourquoi augmenter le nombre d’individus testés c’est mal

“From the selection of this very large sample size, it seems likely that the company knew or surmised that a large number of subjects would be required to demonstrate bioequivalence”

ça les enfants, ça s’appelle de la supputation

Merck AURAIT fait exprès de mettre plus de monde, parce qu’un échantillon plus petit n’aurait pas permis de démontrer la bioéquivalence

du coup les auteurs prennent au hasard des pools de données de tailles différentes et testent

alors testent, on sait pas comment hein!

mais Bref, ils arrivent à la conclusion qu’à 100 individus, on est sur de prouver la bioéquivalence

bah alors pkoi en prendre 210?
aucune idée t.co/o0JnZ6pkrJ

alors ça c’est carrément malhonnète

“it is always possible to demonstrate an ABE merely by increasing the number of subjects”

heu non, quand il n’y a pas d’effet équivalent, y’a pas de résultats c’est tout

si vous prenez, par exemple, le salaire moyen des ouvriers et des patrons du cac 40

que vous les compariez 10 par 10, ou 1000 par 1000
je vous garantie que les salaires moyens des 2 groupes seront toujours différents t.co/ICMdQdqfBl

ah du coup, ils disent maintenant qu’en fait, c’est pas pour prouver la bioéquivalence mais pour “noyer” la variabilité intra-individu (autrement dit, la variabilité de l’effet de la prise du médicament au cours de la vie, ou de la journée, d’une même personne)
ce qui est effectivement le cas pour le levo, les conditions physiologiques de la prise peut en modifier les effets

mais ça, ça ne se teste pas en augmentant le nombre de personne, mais en SUIVANT les mêmes individus au cours du temps t.co/nrMqCm8PIe

et ça n’a rien à voir avec la notion de bioéquivalence qui se fait à l’échelle de la population, non de l’individu

bref cette publi est encore une façon de demander un changement dans la mesure de la bioéquivalence

et c’est tout
c’est une tribune d’opinion t.co/50ZbQWiQ4W

pour le reste, navré mais non seulement Merck a suivi les recommandations de l’Europe (final countdoooown #sorry)

mais en plus le postulat de l’augmentation du nombre d’individu qui lisse la variabilité individuelle est FAUX

au contraire même, plus vous augmentez le nombre de gens, plus vous avez de chance de rencontrer des états physiologiques différents

FIN t.co/3udvDNWqfh

Aucun commentaire

Leave a Reply