Avatar
Avocat au Barreau de Paris / auteur d'Ennemis d'État - Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes à @_La_Fabrique https://t.co/gqKXgp0KJh

L’affaire Dupont de Ligonnès montre la dépendance de la presse à l’égard des sources policières. Se faire…

L’affaire Dupont de Ligonnès montre la dépendance de la presse à l’égard des sources policières.

Se faire confirmer 5 fois une information par 5 flics différents, ce n’est pas “recouper” l’information, c’est montrer son intoxication à la parole policière.

1/6 t.co/zaGOTSplTe

Cette affaire montre donc ce que les avocats constatent tous les jours: les policiers – comme tout le monde – peuvent se tromper et parfois même mentir.

2/6

Cet exemple devrait nous rendre méfiants à l’égard de la parole policière. Pourtant, il y a toujours plus de dispositifs qui permettent à l’État de limiter les libertés des citoyens sur la seule base du renseignement policier.

3/6

Je pense évidemment aux “notes blanches”, popularisées depuis l’état d’urgence, et dont le contenu est présumé être vrai par les tribunaux.

4/6

Je pense aussi aux dispositifs dits de prévention de la radicalisation dont se prévalent certains employeurs pour licencier un salarié sur la base d’une enquête de police secrète et non versée au contradictoire.

5/6

Croire, par principe, les flics, c’est accepter de vivre dans une société du soupçon, c’est accepter d’abandonner nos libertés et notre esprit critique.

6/6

Aucun commentaire

Leave a Reply