Avatar
J'ai essayé de ne pas dénoncer, ça n'a rien fait avancer. Maintenant je l'ouvre, on verra bien.

Droit de retrait ou grève SNCF : Non la cause principale n’est pas cette histoire d’accident à…

Droit de retrait ou grève SNCF : Non la cause principale n’est pas cette histoire d’accident à un passage à niveau. Ça c’est la goutte d’eau. Alors au lieu de regarder cette goutte, on va regarder le reste du verre. Thread :
Et il y a quoi dans ce verre ? Une entreprise qui scande qu’elle se porte bien. En effet, suffit de se promener dans les trains pour le constater : les trains du quotidien sont plein, les TGV sont pleins. Voilà pour le positif.
Ah si j’oubliais : on a aussi les témoignages de tout ça. Une équipe dirigeante qui passe son temps à communiquer là dessus, tant vers les clients que vers les cheminots : ça va bien et on s’en gargarise. Si avec ça les cheminots n’en sont pas convaincu, je ne vois pas.
Les cheminots justement ils voient quoi ?
Des effectifs qui baissent, une concurrence qui arrive et va les manger, un statut qui se barre, une retraite qui arrivera après la mort. Mais ça va bien ! Regarder, on fait plein de séminaire avec de belles courbes alors c’est bon.
Nous avons donc une direction qui nage dans le bonheur et le montre et des cheminots qui coulent dans le drame quotidien. Le verre est bien plein. Pourtant peu de participants aux différentes grèves généralistes et des syndicats qui ne savent plus mobiliser.
Car oui, le cheminot est devenu comme tout le monde : il pense à son nombril et rien que pour les retraites, il a très moyennement envie de faire grève « pour tout le monde » quand ce tout le monde passe son temps à lui cracher dessus.
Alors chaque jour il voit la bonne parole sur les réseaux sociaux et dans sa boîte mail : ça va bien, et il regarde le siège d’à côté où son collègue n’est plus car on a supprimé son poste. Le sien ? On parle de le supprimer aussi. C’est ça son quotidien d’agent qui va bien.
L’immédiat c’est quoi : un réforme de plus qu’on appelle AUM. Un truc qui va encore supprimer tout plein de monde dans les gares dès la fin de l’année. Mais ça va bien. Là le verre est plein, plus la place pour la moindre goutte. En haut, ils ne voient rien car ça va bien.
Et arrive cet accident. Un droit retrait ça fonctionne à l’émotion : les gens apprennent ça, et le choix est immédiat : on pose le sac ou pas, pas le temps de réfléchir. Quand le verre de la rancoeur est déjà plein, il suffit de peu.
Les OS n’arrivent plus à mobiliser contre les grandes réformes mais savent encore très bien jouer de l’émotivité des gens. Et là il n’y a pas besoin de forcer beaucoup, la direction a tout fait depuis des mois. Alors grève par procuration ? Sans doute oui.
Mais au lieu de regarder la goutte, cherchez un peu comment le verre a fait pour se remplir et alors vous trouverez les vraies causes à ce bordel. Ça n’aurait pas été cet accident, ça aurait été une agression, une procédure disciplinaire ou un autre motif.
Mais ça devait casser car ça allait trop bien. La direction a créé les conditions de cette rupture en creusant chaque jour un peu plus le gouffre entre sa réalité communiquée et la réalité vécue par les agents de terrain. Les coupables ne sont pas les agents ou les OS.
Non, les vrais coupables sont ceux qui nient le quotidien à grand coup de tweet sur Inouï la vie en rose, sur 3 croissants en gare de machin, sur le running du samedi des agents heureux et autres « la vie est belle » quand vous, vous perdez votre poste.
Alors pour sortir de tout ça on va essayer d’éponger la goutte qui a fait déborder le verre. Le verre lui sera toujours aussi plein et les « oui-oui ça va bien » vont continuer comme si de rien n’était car quand on est aveugles par choix, même ça on est pas capables de le voir.
Édit : on m’apprend que la CGT lève le droit de retrait sans le moindre gain pour donner rdv à une grève le 05/12. Encore une fois nous avons été manipulés par nos OS. Ça ne change rien à mon thread.

Aucun commentaire

Leave a Reply